Mon Paris 1

Comme je l’écrivais hier soir, je suis rentrée de Paris il y a une semaine à peu près.

Je suis, enfin!, arrivée à défaire les valises et à faire une pause contemplative sur Mon Paris.

Paris, c’est Paris, c’est ce que l’on veut y voir, ce que l’on veut y ressentir. Pour la première fois, en 30 ans, et en ayant été parisienne pendant 5 ans puis par intermittence pendant 3 ans, j’y ai vu ce que je voulais y voir: le ciel de Paris.

C’est en regardant en haut que j’ai vu toute la poésie et le romantisme de la ville de Lumières, le sommet de la Tour Eiffel que j’avais déjà touché du bout de mes 8 ans; et à l’aube de mes 41 ans, j’y ai vu toute la douceur, la mélancolie poétique, et l’élégance de cette ville.

Je ne peux m’empêcher alors de relire des poèmes mythiques, odes, déclarations d’amour à cette ville, devrais-je plutôt dire, ce joyau, ce nid d’art et d’élégance, cette source d’inspiration historique …

 

 

 

« Mais oui, je suis une girafe, M’a raconté la tour Eiffel,
Et si ma tête est dans le ciel,
C’est pour mieux brouter les nuages,
Car ils me rendent éternelle.
Mais j’ai quatre pieds bien assis
Dans une courbe de la Seine.
On ne s’ennuie pas à Paris :
Les femmes, comme des phalènes,
Les hommes, comme des fourmis,
Glissent sans fin entre mes jambes. » (Maurice Carême)

 

« PARIS, JE T’AIME
Des milliers et des milliers d’années
Ne sauraient suffire
Pour dire
La petite seconde d’éternité
Où tu m’as embrassé
Où je t’ai embrassée
Un matin dans la lumière de l’hiver
Au parc Montsouris à Paris
A Paris
Sur la Terre
La Terre qui est un astre. » (Jacques Prévert)

 

2 commentaires sur “Mon Paris 1

Laisser un commentaire